Participante : Martine


Qui êtes-vous ?
Martine, 51 ans, Jettoise depuis une quinzaine d'années.

Pourquoi participez-vous au projet ?
Je cherche, depuis des années, à réduire mon impact environnemental à plusieurs niveaux: énergie, eau et déchets.
Je suis très contente que ma Commune aide ses habitants à aller plus loin, j'attends avec impatience d'améliorer "mes performances" grâce à ce projet collectif et je me ferai un plaisir de partager mon expérience si cela peut aider d'autres à réduire leur propre impact. Par ailleurs, ma participation à la récente conférence d'un membre de la "famille (presque) zéro déchets" m'a boostée à bloc pour aller encore plus loin, par exemple en me lançant dans la production de mes propres produits d'entretien. Tant pour réduire mon volume de déchets que pour faire des économies.

Quels gestes adoptez-vous déjà ?
Côté énergie, j'ai une chaudière à condensation au gaz, j'ai fait placer par la Maison de l'Energie des plaques réfléchissantes derrière mes radiateurs et j'essaie de moins chauffer quitte à m'habiller un peu plus chaudement. Pour mon alimentation, je ne consomme quasiment plus que des fruits et légumes locaux et de saison, moins énergivores. Pour mes transports, j'essaie tant que possible de me déplacer à pied ou à vélo, parfois en transports publics, même si je trouve encore plus pratique et/ou rapide d'utiliser la voiture.

Pour l'eau, j'arrose mes plantes avec l'eau de lavage de mes légumes, je me lave généralement au lavabo et, quand je prends un bain ou une douche, je réutilise l'eau pour les toilettes ou nettoyer le sol.

Pour les déchets, j'applique autant que possible l'adage "le meilleur déchet est celui qui n'existe pas" et l'échelle de Lansink (prévention > réutilisation > recyclage > incinération avec valorisation énergétique): j'essaie d'acheter un maximum en vrac (même s'il reste difficile de trouver du vrac pour certaines choses au niveau local), je bois de l'eau du robinet (après l'avoir laissée décanter dans des cruches), j'utilise des sacs de courses réutilisables ou des caisses en carton, j'ai un vermicompost sur mon balcon, je participe occasionnellement à un compost de quartier pour ce qui n'entre pas dans mon vermicompost, et je mets tous les autres déchets organiques non compostables dans le sac orange, ils sont donc traités dans une usine de biométanisation. Pour les emballages que je n'arrive pas encore à éviter, je les réutilise un maximum.

Avez-vous des craintes ?
J'ai parfois trop tendance à m'encombrer en gardant trop de choses "qui pourraient toujours servir", mais "je me soigne"! ;-) J'espère aussi trouver plus de commerçants locaux qui me permettent de tout acheter en vrac localement.

Actualité/Actualiteit

Atelier Pain / Broodbak atelier